Destination Tanzanie et Zanzibar en famille

par Caro
Destination Tanzanie et Zanzibar
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram

Quelle destination pour les prochaines vacances ?

Qui n’a jamais rêvé de rencontrer des animaux vivants à l’état sauvage ? De faire un safari en voyage ? De choisir comme destination de vacances le continent Africain ? Et que dire du Kilimandjaro qui est la plus haute montagne d’Afrique ?

Les raisons qui nous poussent à choisir la Tanzanie et Zanzibar
La Tanzanie : c’est où exactement ?
Et Zanzibar c’est où ?
Les parcs nationaux de la Tanzanie
Le peuple Maasaï

 

Trouver la destination de son prochain voyage en été ! Où partir en vacances en famille en fonction du budget « voyages » : telle est la question !

Comme nous avons voyagé sur les continents Américain,  Européen et également en Asie nous voulons maintenant  une nouvelle destination et découvrir le continent Africain, qui, jusque là nous est encore inconnu !

Suite à de multiples recherches, nous avons fait notre short-list avec quatre pays africains pré-sélectionnés pour notre prochaine destination vacances : la Tanzanie, le Kenya, l’Afrique du Sud et la Namibie.

Ce sera destination la Tanzanie et Zanzibar en été 2019.

Les raisons qui nous poussent à choisir la destination Tanzanie et Zanzibar :

  • La météo au mois de juillet : météo Tanzanie au mois de juillet
  • D’immenses steppes et savanes ponctuées d’acacias, d’euphorbes, de palmiers, de baobabs,
  • Des forêts (environ 1/3 des surfaces du pays),
  • Les parcs qui donnent une impression d’espace infini et moins nombreux qu’au Kenya,
  • Montagnes dont le Kilimanjaro qui culmine à 5 892 mètres,
  • Des volcans jaillis des entrailles de notre planète Terre,
  • Des grands lacs,
  • De nombreux animaux sauvages et libres (les rhinocéros pour leurs cornes et les éléphants pour l’ivoire sont toujours et encore menacés)
  • Des troupeaux par milliers voire par millions dans le cas des gnous,
  • Richesse de la culture et des religions,
  • Gastronomie,
  • Niveau sanitaire et sécuritaire assez sûrs : France diplomatie
  • Prix des billets d’avions raisonnables,
  • Destination familiale,
  • La possibilité de faire une extension balnéaire à Zanzibar

Tout d’abord, ce voyage en Tanzanie est l’occasion de découvrir de nouvelles coutumes et une nouvelle culture mais, également, de réaliser notre rêve de gosse à tous les quatre : faire un safari pour admirer des animaux à l’état sauvage !

Nous ferons donc un safari privé en famille, nous partirons à l’aventure totale, nous ferons du camping et, enfin, nous rencontrerons plein d’animaux qui vivent à l’état sauvage.

Pour terminer cette aventure, nous ferons une extension balnéaire à Zanzibar, où, également nous prendrons un peu de repos bien mérité et ainsi profiter des somptueuses plages de sable blanc et des eaux bleues turquoises !

La tanzanie : c’est où exactement ?

La Tanzanie est un pays d’Afrique de l’Est qui se situe dans la partie tropicale de l’hémisphère sud. Entourée au nord par le Kenya et l’Ouganda, à l’ouest par le Rwanda, le Burundi et la République démocratique du Congo, au sud-ouest par la Zambie et le Malawi et au sud par le Mozambique.  Sa superficie est de 945 088 km2 et sa population était de 54 199 163 habitants en 2018.  Sa capitale est Dodoma, située dans l’intérieur des terres, mais le principal pôle économique est l’ancienne capitale Dar es Salam, située sur la côte. Les langues officielles sont le swahili et l’anglais mais l’arabe est aussi parlé notamment dans les îles de Zanzibar et Pemba.

La Tanzanie est réputée pour ses vastes régions sauvages mais également pour les « Big five » (éléphant, lion, léopard, buffle, rhinocéros). Elle abrite la plus haute montagne d’Afrique le Kilimandjaro. Au large se trouvent les îles tropicales de Zanzibar, aux influences arabes, et de Mafia, avec un parc marin accueillant requins-baleines et récifs coralliens.

Et Zanzibar c’est où ?

Zanzibar, en réalité Unguja, est l’île principale de l’archipel de Zanzibar en TanzanieZanzibar est un archipel de l’Océan Indien situé en face des côtes tanzaniennes. L’archipel se compose de trois îles principales : UngujaPemba et Mafia et de plusieurs autres petites îles. Sa superficie est de 1 666 km2 et compte 1 300 000 habitants en 2018.

Les parcs nationaux de la Tanzanie

Le TANAPA ou Tanzania National Parks est l’organisme chargé de la préservation des parcs nationaux tanzaniens, ainsi que de leur exploitation touristique. Il gère les 15 parcs nationaux du pays et emploie 1 650 personnes :

  1. Arusha
  2. Gombe Stream
  3. Katavi
  4. Kilimandjaro parc inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO
  5. Kitulo
  6. Mahale
  7. Manyara
  8. Mikumi
  9. Mkomazi
  10. Ruaha
  11. Rubondo Island
  12. Saadani
  13. Serengeti parc inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO
  14. Tarangire
  15. Udzungwa

Lors de notre safari nous aurons la chance de visiter les parcs Manyara, le Serengeti et Tarangire.

Le peuple Maasaï : voyage découverte et partage de traditions ancestrales

Que signifie le mot Maasaï ?

Maasaï signifie « ceux qui parlent Maa« . Les maasaï parlent le Maa ainsi que le swahili, langage de l’Afrique de l’Est, et de nos jours, de plus en plus l’anglais.

Le pays Maasaï

Il s’étend de chaque coté de la frontière Kényane et Tanzanienne entre les monts Kenya et Kilimandjaro. Le territoire Maasaï compte différentes réserves naturelles où ils protègent les animaux, tels que les lions, les buffles, les éléphants, les girafes, les gnous, les rhinocéros, les gazelles ou encore les zèbres. Le climat y est sec et chaud.

L’histoire du peuple Maasaï

Une partie importante des terres a été conquise par les colons britanniques et allemands à la fin de 21ème siècles avec l’aide de la variole et de la peste bovine. Puis par les ethnies africaines et avec l’aide du gouvernement lors de l’indépendance. Une partie des terres a été transformée en réserves et parcs nationaux : Manyara, Ngorongoro et Serengueti.

Le peuple maintient ses traditions culturelles et prend part aux forces économiques, sociales et politiques de leur région en Tanzanie. Les Maasaï constituent une population d’éleveurs et de guerriers semi-nomades et ont une économie pastorale exclusive.

Ils sont conservateurs, ne chassent pas, sauf le lion pour leurs rites, préservent les animaux sauvages et la brousse africaine. Ils vivent en harmonie avec la nature.

La population Maasaï

Les estimations sont délicates car c’est un peuple nomade qui circule librement entre le Kenya et la Tanzanie.

La population totale des Maasaï serait comprise entre 300 000 et 880 000 personnes, ce qui est très large.

Ils sont répartis en 5 groupes : les Arusha, les Samburu, les Baraguyu, les Kisongo et les Purko.

La religion et le bétail

Toute la vie du camp s’organise autour du bétail qui en plus d’être sa principale source de nourriture fait partie des croyances. Les Maasaï ont un dieu unique « En-Kai » qui vit au ciel et sur la terre.

Leur dieu est présent sous deux formes : En-Kai narok, Dieu noir, bienveillant qui apporte la pluie et les orages bienfaisants et En-Kai nanyokie, le Dieu rouge, en colère, qui lui apporte la sécheresse et la maladie.

Les Maasaï invoquent leur dieu pour les bénédictions du peuple, pour lui demander la pluie, lui demander des vaches, des enfants et la paix.

Ils pensent que dieu leur a confié son troupeau et qu’ils doivent s’en charger et s’en occuper.

La richesse est établit en fonction du nombre de vache que possède la famille (généralement une dizaine de bœufs, de chèvres et de moutons). Une marque, sur chaque bête, sert de signe distinctif ce qui permet de savoir à qui elle appartient.

De nos jours, beaucoup de Maasaï sont chrétiens.

Le rôle de la femme

Les femmes construisent les habitations, elles font la traite le bétail matin et soir, recherchent du bois et de l’eau, préparent les repas, entretiennent la maison, promulguent les soins aux très jeunes enfants. Elles brodent les vêtements multicolores et fabriquent des bijoux qui jouent un rôle essentiel dans l’ornement corporelle. La femme Maasaï peut avoir un amant.

Les jeunes filles sont excisées entre 12 et 14 ans dans de nombreuses familles. C’est à ce moment là qu’elles deviennent adultes.  Le gouvernement et les ONG luttent fermement contre ce style de pratique.

Le rôle de l’homme

Les hommes veillent à la sécurité du campement, font paître le bétail sur plusieurs jours et passent de nombreuses heures à prendre les décisions pour la communauté.

Les hommes deviennent de jeunes guerriers (ol-murrani) vers l’âge de 15 ans et sont circoncis. Lors de la cérémonie ils ne doivent montrer aucun signe de peur ou de douleur sous peine d’être reniés par leur famille.

L’habitation

Le peuple construit des petites maisons ovales à l’aide de branches entrecroisées recouvertes de boue et de bouse de vache, qui en séchant deviennent dures et rendent étanche l’habitation.

Les maisons ont une architecture identique avec une pièce principale où l’on retrouve le foyer pour cuire les aliments qui fait faire fuir les animaux et insectes, éclairer et chauffer suivant la saison. Dans cette pièce dorment les adultes sur des lits construits avec des branches et de la peau de bête. Une pièce est réservée aux jeunes animaux, et une chambre pour l’épouse qui y dort avec ses bébés, y reçoit son mari et parfois son amant.

Le village appelé « boma » et les maisons forment un cercle (enkang) qu’ils clôturent par des branches épineuses pour se protéger.

Ils regroupent les animaux à l’intérieur la nuit afin de les protéger des prédateurs.

En principe, lors des migrations ils brûlent les maisons.

L’alimentation Maasaï

L’alimentation principale est un bol de sang mélangé avec du lait. Le lait se prélève sur les jeunes bovins, sans les tuer, en incisant la veine jugulaire au niveau du coup à l’aide d’une flèche.

Lors des cérémonies ils consomment de la viande mais sans jamais la mêler au lait.

Les Maasaï rejettent toute alimentation d’origine animale à l’exception du buffle car il ressemble à leur bétail. Ils ne consomment donc aucun poisson, aucun gibier, aucun oiseau et ne pratiquent aucune activité agricole.

Ils consomment beaucoup de plantes, des racines et des écorces qui ont également des vertus médicinales.

Les Maasaï de nos jours

Ils restent attachés à leur culture et leurs origines. De nombreux Maasaï ont abandonné leur mode de vie traditionnel pour un style occidental. Certains jeunes ont émigré en Europe ou encore en Amérique du Nord, notamment, pour poursuivre leurs études supérieures.

Malheureusement depuis 2013, les populations Maasaï subissent des tentatives d’expropriation de la part du gouvernement du Président Jakaya Kikwete. Le gouvernement vise à leur faire adopter un mode de vie plus sédentaire et à pratiquer l’agriculture.

Cette destination répond à nos attentes et besoins et nous sommes sûrs d’avoir fait le bon choix !

A suivre …

Retourner en haut de la page

Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram
2 Commentaires
0

Vous pourriez aimer

2 Commentaires

Gazelle 8 juin 2019 - 23 h 08 min

Très beau site! Et plein de super articles très instructifs! Hâte de connaître la suite de vos aventures!!!

Répondre
Caro 8 juin 2019 - 23 h 14 min

Merci Gazelle pour tes encouragements … je suis allée sur ton site gazellesenvole.fr et waw génial j’adore !!!

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Vous avez aimé ? Partagez !